Phonorama, le site dédié aux phonographes à cylindres

Phonorama, le site dédié aux phonographes à cylindres
Cylindres Bettini


 

Cylindre Standard de deux minutes en cire claire et son étiquette d'identification mentionnant le titre de l'enregistrement et le nom de l'interprète.

 
 
 


Cylindre Concert en cire brune. Les boites vertes de cylindres Concert Bettini sont identiques à celles de la Maison de la Bonne Presse, les deux  sociétés ayant recours au même fournisseur.
 

 
 
 

L'étiquette d'identification du titre et de l'artiste était glissée dans la boite des cylindres Concert.

 
 
 


Le 5 février 1903, Gianni Bettini enregistre la voix du Pape Léon XIII, quelques mois avant le décès du Saint-Père. Deux cylindres, l'Ave Maria et La Bénédiction seront commercialisés par Le Figaro dès le mois suivant dans une boite blanche ornée des armoiries du Vatican.
Les deux boites sont identiques, seul un cachet ovale à l'encre rouge mentionnant le titre permet de les différencier.
 

 
 


Le cylindre la Bénédiction enregistré par le Pape, moulé en cire noire (85 mm), est un peu moins long que les cylindres Standard. La signature de Bettini suivie du numéro 7 ont été gravés manuellement sur le cylindre.
 

 


Avant sa faillite en 1904, la Société des Phonographes Bettini accorda à la Columbia les droits de diffusion, limités aux Etats Unis et à la Grande Bretagne, des cylindres enregistrés par le Pape.
Ces enregistrements (matrice Columbia n° 1969) ont été commercialisés en juin 1905 au prix modeste de 2 dollars. Les boites sont semblables aux boites standard de cylindres Pathé, elles sont toutefois moins hautes, une étiquette spéciale figure sur le couvercle.
 


 


L'étiquette de la boite d'un cylindre du Souverain Pontife (La bénédiction), vendue par la Columbia. On note que le nom de Bettini n'est pas mentionné, mais sa signature, gravée dans la cire,  est toujours visible sur le cylindre.
 

 
 

 


Boite de cylindre Standard portant la mention de la médaille d'or obtenue par Gianni Bettini à l'Exposition Universelle de 1900 à Paris.
 

 
 




A voir aussi
 
  • Durant l’enregistrement des phonogrammes du souverain pontife, l’Ave Maria et la Bénédiction solennelle, le 5 février 1903, le Lieutenant Bettini fût assisté par Dominique Di Natale, un jeune italien alors âgé de  de 27 ans. Plus de vingt ans plus tard, ce dernier confiait qu’il avait conservé les originaux des enregistrements du Pape.
    Naturalisé français en 1906, Dominique Di Natale demeura actif à Paris dans le domaine de l’enregistrement sonore et du disque jusqu’en 1947. Il fût l’un des co-fondateurs de la Société Française Aérophone en 1909. On lui doit plusieurs brevets pris entre 1907 et 1923 pour des perfectionnement de diaphragmes et de machines parlantes. Son invention la plus connue reste la Capsule Concertina, se fixant sur le filetage des diaphragmes à saphir pour phonographes Pathé. 
 
  • Les disques Bettini : en 1904, deux société distinctes, la Société des Phonographes Bettini et la Société Bettini ont mis sur le marché des disques, la première a aussi construit des phonographes à disques.
 
 
  • Le contrôle de la vitesse de rotation des cylindres, lors de l'enregistrement ou de la reproduction, est facilitée par cet indicateur de vitesse Bettini proposé dans une publicité de la revue britannique The Talking Machine News en février 1904.