Phonorama, le site dédié aux phonographes à cylindres

Phonorama, le site dédié aux phonographes à cylindres
Phonographes Lioret [Page 1/3]


Le puits qui parle,  automate avec phonographe Lioret, a été décrit par Gustave et Henry Vichy dans leur catalogue, où il figure sous le numéro 537 (vers 1895). Le phonographe ne comporte pas un mécanisme emprunté au Merveilleux, l'apport d' Henri Lioret s'étant limité au résonateur en carton et au cylindre en celluloïd de format n° 1.
Dans cet exemplaire, le phonographe joue un cylindre Au clair de la lune similaire à celui du Bébé Jumeau Phonographe (n° 12 de son répertoire).
L'étiquette collée dans la margelle du puits permet de le dater  avec précision, il a été construit le 19 mai 1894.
Vous pouvez voir en fin de page une vidéo de l'automate en mouvement.

 




 

A l'image de ce phonographe de 1896, les premiers modèles n° 2 comportent un régulateur à ailettes et une roue de petit diamètre à rayons droits.

 
 
 

Sous le couvercle de son coffret de rangement en  chêne  figurent les instructions pour l'utilisation du modèle n° 2.

 
 
 

Mécanisme du premier modèle de Bébé Jumeau phonographe, commercialisé par la maison Jumeau en fin d'année 1893.

 
 
 

Le mécanisme du second modèle de Bébé Jumeau phonographe, se distingue du précédent par la forme de la clé, du résonateur et de son dispositif de système de guidage.

 
 
 

Le Merveilleux ou modèle n° 1,  commercialisé par Lioret peu après le Bébé Jumeau phonographe, comporte un mécanisme similaire à celui de la nouvelle poupée. Cet exemplaire, caractérisé par des lettres de style Art Nouveau, est plus tardif que le premier modèle, qui présente un lettrage différent, plus classique.

 


Pages 1 | 2 | 3



A voir aussi
 
  • L'automate Le puits qui parle en mouvement :

 
  • L'idée de doter certains de leurs automates d'un phonographe a probablement germé dans l'esprit de Gustave et Henry Vichy à la vue cet automate soldat. Il s'agit d'un zouave patriotique armé d'un fusil, faisant face à l'ennemi sur sur le champ de bataille. Dans la version phonographe de Vichy et Lioret, le fusil a naturellement été replacé par un clairon.