Phonorama, le site dédié aux phonographes à cylindres

Phonorama, le site dédié aux phonographes à cylindres
Pavillons Lioret


 

Pavillon Lioret, droit à collerette, en tôle très fine, plissé et noir verni, articulé sur une fourche. Il s'agit là du premier pavillon flottant crée par Lioret pour équiper ses modèles n° 3, puis n° 2. Ce pavillon est équipé d'un poids en plomb destiné à éliminer les vibrations résultant de la faible épaisseur de la tôle (H = 40 cm, ∅ = 28 cm environ).

 
 

Pavillon droit Lioret en tôle strié longitudinalement et peint en noir. Ce pavillon flottant équipait les modèles A et B (H = 41 cm, ∅ = 20 cm environ).

       
 
 

Pavillon Lioret plissé et son étui en carton couvert de tissu. Cette boite porte l'inscription Phonographes Lioret. Après 1899, les mêmes boites sont marquées Lioretgraph.

 
 
 

Pavillon droit en aluminium poli crée par Lioret en 1898. On le trouve sur les phonographes construits après cette date : modèles n° 2, n° 3 et D à mouvement Eurêka. La plaque ovale du constructeur est rivée sur le corps du pavillon (H = 41 cm, ∅ = 29 cm environ).

       
 
 

Le pavillon Lioret en aluminium et son étui en carton couvert de tissu, portant l'inscription Lioretgraph, signe d'un fabrication postérieure à 1899. Cet étui permettait également de ranger le reproducteur sans le séparer du pavillon.

       
 
 

Pavillon conique Lioret en aluminium brossé. Ce pavillon flottant, démontable en deux parties tronconiques assemblées par des vis à ailettes, est réservé au Lioretgraph Eurêka à poids, le plus grand et le plus élaboré des phonographes construits par Henri Lioret (H = 76 cm, ∅= 36 cm environ).

       
 
 

Le pavillon de l'Eurêka à poids, démonté avant son rangement dans la boite de transport en bois, avec l'arc et son support.