Phonorama, le site dédié aux phonographes à cylindres

Phonorama, le site dédié aux phonographes à cylindres
Phonographes à feuille d’étain [Page 1/2]


 

Ce phonographe Edison à feuille d'étain est le premier tinfoil vendu en France. Il a été construit par Edme Hardy, sur la base des spécifications fournies par Edison en mars 1878, par l'intermédiaire de Théodore Puskas, chargé de la promotion du phonographe en Europe.

 
 

Vue de l'enregistreur-reproducteur Hardy, avec son cornet en bois d'amarante et sa pointe en fer s'appuyant sur le diaphragme constitué par une plaque vibrante en acier.
Le phonographe fût commercialisé lors de l'Exposition Universelle de Paris de 1878 au prix de 200 Francs, soit 40 dollars.

      
 
 

Outre le numéro de série du phonographe, la plaque fixée sur sa base rappelle le nom de l'inventeur et celui du constructeur parisien Edme Hardy.

 
 

Reproducteur pour phonographe à feuille d'étain construit par Rudolph Kœnig vers 1880.

      
 
 

Le reproducteur de Rudolph Kœnig porte sa marque ainsi qu'un numéro de série. Sa forme diffère très peu des reproducteurs construits ultérieurement par les grandes marques de phonographes à cylindres ou à disques.

      
 
 


La marque G. Lorenz est inscrite sur le bâti de ce très grand tinfoil (1883). Ce constructeur d'appareils scientifiques était établi à Chemnitz (autrefois Karl-Marx-Stadt dans l'ancienne République démocratique allemande).
 


 
 

En 1879, Urbain Marie Fondain a été l'un des premiers constructeurs français de ce type de phonographe d'une grande sobriété.

      
 
 

Relevée, la tête du Fondain laisse apparaître son diaphragme et son style en acier, ainsi que le bâti évidé, propre à ce premier modèle.

     
 
 

Autre modèle de tinfoil, plus tardif, représentatif de la production d'Urbain Marie Fondain. Il est construit en fonte, seuls le mandrin, le reproducteur et le cornet sont en laiton nickelé. La base noire, ornée de filets dorés mesure 24,3 cm.
En 1879, ce phonographe était vendu 100 Francs. Le constructeur a commercialisé d'autres modèles à manivelle (pour écolier, jouet), ou entrainés par un mouvement à ressort ou à poids.

      
 

Ce petit phonographe a feuille d’étain bon marché (25 Francs en 1879), à destination de la jeunesse, est vraisemblablement celui que Fondain nommait phonographe d’écolier. Il s’agit d’une réduction au 7/10 ème du précédent, la densité des sillons du mandrin (20 par pouce) est toutefois identique sur les deux modèles.
Il se caractérise par sa construction partielle en aluminium (supports de l’axe, reproducteur et cornet). Des traces de vernis rouge sombre sur ces deux derniers éléments et sur les flasques du mandrin laissent supposer que la couleur visait à le rendre plus attractif pour les enfants.



1 | 2



A voir aussi
 
 
 
 
 
 
  • En Espagne, en 1894, le basque Don Pascual de Isasi Isasmendi,  conçoit un phonographe à feuille d'étain, qu'il nomme El pigmeo (Le pigméee), il dépose le brevet de ce jouet en 1894 et fait connaître son invention dans des publicités parues dans la revue Blanco y Negro
 
 
  • Peut-on imaginer un quelconque rapport entre Vincent Van Gogh et le tinfoil de Thomas Edison ?