Phonorama, le site dédié au phonographe et à ses inventeurs.

Phonorama, le site dédié au phonographe et à ses inventeurs.
Publicités de marques diverses [Page 1/4]



 

La Sirène et ses cylindres prévus pour des auditions de 6 à 12 minutes proposés par la Société française de phonographes La Fauvette (La revue d'art du 9 décembre 1899). La mention enregistrement Idéal pourrait laisser supposer que ce phonographe joue les grands cylindres au format Idéal créés par Henri Lioret.

 
 

Publicité de la Société Française des Phonographes Automatiques parue dans l’hebdomadaire Le Soleil du Dimanche du 4 décembre 1898. La gravure représente le modèle Haut parleur, vendu 65 Francs. Ce phonographe à poids est similaire au n° 3, plus luxueux, proposé par Lioret au prix de 150 Francs.
Ce phonographe figure sur cette page.

 
 

Cette publicité du mécanicien Edme Hardy mentionne qu'il est le constructeur des phonographes Edison (1878).

 
 
 

Phonographe de type tinfoil dénommé El Pigmeo (Le Pygmée), publicité de la revue Blanco y negro en 1896.

 
 
 

Le Colibri (La Nature du 24 décembre 1901).

 
 
 

Le Colibri était construit par la Manufacture française d'appareils de précision. C'est dans les usines de cette société que furent construits la majorité des phonographes commercialisés par les frères Pathé avant 1900 (Les Annales politiques et littéraires du 5 décembre 1897).

 
 

Le phonographe de l' ingénieur français Ernest Othon Kumberg établi à Londres (La Nature 2 Décembre 1893) et de Michel Werner pour son phonographe simplifié construit par Alphonse Darras (La Nature du 6 Juillet 1895 et l'Illustration du 17 août 1895 ).

 

Publicités de Michel Werner (L'illustration du 16 Novembre et du 6 Juillet 1895), de Lippert et du Comptoir photographique Turgot mentionnant un phonographe monté sur socle en bois faisant table résonnante (La Nature du 15 Décembre 1894 et du 1° Novembre 1899).

 

 

Le phonographe portatif de Michel Werner (Les Inventions nouvelles du 23 Aout 1895) et l'Oratiograph vendu sous le nom de Graphophone-phonographe par la maison Mathieu (La Nature du 17 Septembre et du 10 décembre 1898).

 
 
 

Le Virtuose, phonographe français de Jérome Thivouville-Lamy (l'Illustration du 24 décembre 1898 et du 1° Décembre 1899).

 
 
 

La Société française des cylindres artistiques propose aussi des Graphophones munis du Mégaphone, pavillon breveté créé par Henri Sabatier (Le Guide Chaix de l'Exposition de 1900)

 
 
 

La fonderie de cylindres d'Henri Joly (La Nature du 17 décembre 1898 ) et le Phono-Gramo de E. Plan (La Nature du 13 décembre 1902)

 
 
 

Le Chanteclair et les enregistrements de la Société française des cylindres artistiques (Programme des Concerts Lamoureux du 1° Janvier 1899)

 
 
 

Le Polyglotte, un phonographe particulièrement atypique, joue les cylindres Standard et les Concert grâce à un mandrin amovible et dispose d'un pavillon en trois parties que l'on assemble en les vissant.
La publicité explique le fonctionnement du dispositif original permettant de changer de cylindre (La Revue des inventions modernes et des produits nouveaux du commerce et de l'industrie, n° 3, 1902).

 


1 | 2 | 3 | 4


Bookmark and Share
Partagez