Phonorama, le site dédié au phonographe et à ses inventeurs.

Phonorama, le site dédié au phonographe et à ses inventeurs.
Le Phono-Cinéma-Théâtre



 

Programme du Phono-Cinéma-Théâtre reproduisant l'affiche de François Flameng. Cette attraction de l'Exposition Universelle de 1900 permettait de voir et d'entendre les gloires du théâtre et de la chanson grâce à la combinaison du cinématographe et du phonographe.

 
 
 

Deux objets publicitaires pour le Phono-Cinéma-Théâtre : éventail d'après l'affiche de François Flameng et vignette distribués aux visiteurs de l'Exposition Universelle de 1900.

 
 
 

Après avoir débuté avec l'Idéal, phonographe d'Henri Lioret, le Phono-Cinéma-Théâtre s'est doté du Céleste de Pathé. La boite de ce cylindre porte l'étiquette de l'attraction et le titre de l'air : La Poupée (extrait de l'Opéra comique d'Edmond Audran) interprétée par Mariette Sully.

 
 
 

Photographie du Phono-Cinéma-Théâtre. Sur la façade, on distingue l'affiche de François Flameng. Sur la terrasse, Clément Maurice avait aménagé une petite loge et un studio utilisé pour réaliser les prises de vue et les enregistrements phonographiques. Jouxtant le pavillon du Phono-Cinéma-Théâtre, une autre attraction, le Théâtroscope, proposait un spectacle d'illusions optiques accompagné par un phonographe.



 
 

Après la fermeture de l'Exposition universelle de 1900, le Phono-Cinéma-Théâtre entreprend une tournée européenne. Ce programme de Mars 1901 annonce une séance en Allemagne.

 
 
 

En 1933, pour l'inauguration du Marignan, nouveau cinéma-palace Pathé-Natan sur les Champs Elysées, Félix Mesguich retrouva les films, les cylindres et le Céleste du Phono-Cinéma-Théâtre. Cette photographie montre ce Céleste, utilisé par le metteur en scène Roger Goupillères lors de la résurrection des films sonores de 1900 (L'image n° 55 du 31 mars 1933, article d'Henry Cossira. Son père, le ténor Emile Cossira, enregistra pour le Phono-Cinéma-Théâtre).

 
 
 

Film pour caméra Parnaland. Ce type de film et de caméra étaient utilisés par Clément Maurice pour les projections du Phono-Cinéma-Théâtre. La perforation rectangulaire centrale est caractéristique des films Parnaland. Sur le film, on peut voir Louis Maurel, qui a enregistré sur des cylindres Céleste pour le Phono-Cinéma-Théâtre.

 
 
 

Le Phono-Cinematographe, association en participation, a été crée en vue de présenter un spectacle associant un cinématographe et un phonographe durant l'Exposition de 1900. La possible confusion du nom avec celui du Phono-Cinéma-Théâtre est-elle fortuite ou voulue ? Il est probable que ce projet de spectacle n'a pas eu de suite, vraisemblablement en raison de la concurrence des nombreuses attractions similaires.

 
 
 

Au dos de la part émise le 26 Juillet 1899 figurent les statuts du Phono-Cinematographe. Ils prévoient que le fondateur, Albert Locatelli, apportera ''ses connaissances techniques pour la direction des appareils cinématographe et phonographe'' : un cinématographe perfectionné et un phonographe Pathé Stentor … dont il fera la livraison au plus tard le 1er Mai 1900.

 
 


  A voir aussi :

  La publicité Lioret pour l'Idéal, qui fût le premier phonographe utilisé par le Phono-Cinéma-Théâtre  
  Un cylindre de l'Idéal, le phonographe qualifié par Lioret de "plus grand phonographe du monde" lors de l'Exposition Universelle de 1900  
 


Bookmark and Share
Partagez
Cinémo-Théâtre, Cours, Reine, Bonshommes, Guillaume, Lioret, Baschet, Albert, Robida, Téléphonoscope, Draner, Jules, Renard, Lunéville, Keller, Guérin,