Phonorama, le site dédié au phonographe et à ses inventeurs.

Phonorama, le site dédié au phonographe et à ses inventeurs.
Autres reproducteurs français [Page 1/7]



 

Reproducteur Conquéror dans son coffret en ébonite colorée (le cumberland). Sa bague n'a pas un diamètre standard, de sorte qu'il ne s'adapte que sur le Phonographe Français construit par Edouard Cannevel, vendu aussi sous les dénominations Le Charmeur (par Henri Lioret), ou Le Conquéror.

 
 

Vue du diaphragme en verre du reproducteur Conquéror, avec son saphir monté sur une petite araignée en aluminium (∅ 55 mm).

 
 
 

L'enregistreur système Cannevel, comme le reproducteur Conquéror, est orné d'un lion doré. Il prend place dans un coffret en ébonite colorée en rouge et noir (∅ 36 mm).

 
 
 

Grâce à une bague et un manchon en caoutchouc, ce reproducteur Conquéror peut se fixer au bout d'un pavillon flottant.

 
 
 

Reproducteur Le Français en laiton nickelé dans son coffret rouge bordeaux (∅ 55 mm). Ce reproducteur a été inventé par G. Dumoulinneuf qui en a déposé le brevet le 14 décembre 1900 (n° 306.253).

 
 

Un deuxième modèle de reproducteur Le Français. Celui-ci est doré, son diaphragme en mica possède un dôme porte-saphir caractéristique percé de quatre trous.

 
 
 

Le reproducteur doré Le Français sur son écrin vert.

 
 
 

Ce troisième modèle de reproducteur Le français possède un saphir monté sur une araignée à cinq pattes, fixée sous le saphir par un écrou qui traverse de part et d'autre le diaphragme en mica.

 
 
 

Ce dernier modèle de reproducteur Le Français, contrairement aux précédents, n'est pas doté d'une bague articulée. Il est destinée à être fixé en bout de pavillon flottant grâce à un embout en caoutchouc.

 
 
 

La boite de ce reproducteur, orné d'un globe terrestre, porte la mention Petit Polyglotte et Reproducteur bouton. Il s'agit vraisemblablement du reproducteur d'un phonographe de même nom, dont le brevet a été déposé par la société Bourraux frères le 4 février 1902, (∅ 39 mm).

 
 
 

Différent du reproducteur de même nom précédent, Le Polyglotte Intermédiaire porte la la date de 1905. C'est ce modèle que vendait la maison Humphrey, a côté des reproducteurs Orphée, Gladiator, Troubadour, Etoile, etc.. La marque Polyglotte (sans l'article, n° 952467) a été déposée par la Société anonyme des Phonocartes le 9 avril 1906 (∅ 44 mm).

 
 
 

L'enregistreur Le Polyglotte en ébonite, assorti au reproducteur précédent, a de toute évidence été copié sur le modèle Coq de Pathé (∅ 32 mm).

 
 


  A voir aussi :

   Le reproducteur à air comprimé créé par Henri Joly

  Dans l'Aérophone imaginé par Thomas Edison en 1878, une membrane vibrait sous l'action de la voix humaine et grâce à l'énergie supplémentaire de l'air comprimé injecté dans un tube, les sons étaient amplifiés. Quelques années après, le principe de cet amplificateur pneumatique sera retenu par plusieurs inventeurs, notamment par Henri Joly et Léon Gaumont en collaboration avec Georges Laudet. Le reproducteur à air comprimé de Joly pour un phonographe à cylindres ou pour un gramophone a fait l'objet du brevet français n° 374.163 déposé le 10 avril 1906 et du brevet américain n° 908.411 du 29 décembre 1908.
 
  Quel rapport entre le reproducteur à air comprimé de Joly et Madame Delait, la célèbre femme à barbe ? A découvrir sur cette carte postale

 


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7


Bookmark and Share
Partagez