Phonorama, le site dédié au phonographe et à ses inventeurs.

Phonorama, le site dédié au phonographe et à ses inventeurs.
Autres accessoires [Page 1/4]



 

Le Phono-Opéra de Combret dispose d'un contrepoids fixé au bout d'une tige, à l'intérieur du pavillon. Le déplacement de la tige permet d'ajuster sa position et la pression du saphir sur le cylindre.

 

Le premier accessoire, nommé Pont français dans le catalogue Pathé de 1903, a pour objet d'équiper un Edison Class M ou un Spring Motor d'un reproducteur classique, genre Graphophone ou Pathé. Un second pont supportant un reproducteur Edison (ici un modèle Standard Speaker) peut se substituer au premier. L'avantage est de n'utiliser qu'un seul chariot mobile, sur lequel on fixe l'un des deux ponts avec son reproducteur.

 

Cet adaptateur simple permet de positionner le reproducteur à la hauteur d'un cylindre Inter.

 
 
 

L'adaptateur simple, en place sur un phonographe équipé d'un mandrin Inter amovible.

 
 
 

Cette masse en plomb de 200 grammes et de 45 mm de diamètre se fixe à l'intérieur des premiers pavillons Lioret en tôle noire plissée. Elle a pour objet de réduire les vibrations résultant de la très faible épaisseur de la tôle.

 


Sur un phonographe initialement doté du seul mandrin Standard, l'utilisation d'un mandrin Inter amovible nécessite de surélever le reproducteur. Cet adaptateur breveté portant la marque F. K., se fixe sur le tube porte pavillon du phonographe, et permet d'ajuster avec précision la hauteur du reproducteur sur le cylindre.
 

 
 

L' adaptateur ajustable positionné sur un phonographe équipé d'un mandrin Inter amovible.

 
 
 


Cet adaptateur à deux positions permet d'utiliser les deux types de mandrins amovibles, Inter ou Concert, sur un phonographe doté d'un mandrin Standard.
 

 
 
 

Comme les précédents, cet adaptateur de marque Le Cahit répondait à la demande des clients souhaitant utiliser des cylindres Inter ou Concert sur un phonographe prévu pour ne jouer à l'origine que les Standard.

 


Ces accessoires, le premier en métal de marque Styx , le second en celluloïd, se placent sur le porte-tête du phonographe en vue de surélever le reproducteur. Sous réserve de disposer d'un mandrin Inter ou Concert amovible, il est ainsi possible d'écouter ces cylindres sans grande modification du phonographe.
 

 


Il faudra attendre la fin de l'année 1903 pour que les petits phonographes (Coq, Coquet et Français) disposent du système Vérité et du mandrin Inter pour jouer les nouveaux cylindres de ce format annoncés dans le dernier catalogue Pathé. Pour écouter les nouveaux cylindres, les possesseurs d'un modèle Le Français de l'année précédente devaient acheter un mandrin Inter amovible, un système Vérité, un nouveau pavillon et nouveau reproducteur. Cet accessoire, à fixer sut le tube porte-pavillon, a été conçu pour surélever le reproducteur en vue d'écouter les Inter à moindre frais, tout en conservant le pavillon droit et le reproducteur d'origine.
 

 

 

Ce prolongateur fourni par Pathé permettait d'écouter les cylindres Inter avec un reproducteur Coq sur un phonographe initialement prévu pour les cylindres Standard.

 
 
 


Ce raccord en métal, caoutchouc et liège a été introduit par Pathé en 1904 avec les premiers pavillons flottants et son système Vérité. Il avait pour but de fixer le reproducteur en bout de pavillon par un lien sans grande rigidité. Le coq de Pathé et les mentions Vérité et Bté S.D.G.D figurent sur la partie métallique.
 

 
 

1 | 2 | 3 | 4

Bookmark and Share
Partagez