Phonorama, le site dédié au phonographe et à ses inventeurs.

Phonorama, le site dédié au phonographe et à ses inventeurs.
Les cylindres géants [Page 1/4]

Les cylindres géants

Dès l'invention du phonographe, les constructeurs ont tenté de doter leurs appareils de gros mandrins afin d'en accroitre la durée d'audition en utilisant des feuilles d'étain de grande surface. C'est ainsi qu'en 1879 le professeur D. Vital construisait un phonographe à feuille d'étain dont la longueur et le diamètre atteignaient 30 cm. Il envisageait même un appareil géant de 65 cm de diamètre et de 50 cm de longueur.
En 1900, l'Exposition Universelle de Paris va offrir aux principaux constructeurs de phonographes l'opportunité d'afficher leurs performances techniques en dévoilant des phonographes hors du commun. Ils seront plusieurs à exposer des appareils remarquables par leur taille et leur capacité à restituer les enregistrements avec une puissance inégalée. En réalité, la course au gigantisme a débuté depuis deux ans et chacun, des deux côtés de l'Atlantique, s'est préparé à faire la démonstration de sa maitrise des procédés d'enregistrement de cylindres géants, c'est à dire d'une taille supérieure à celle du format Concert.
Les grandes firmes comme la Columbia ou Pathé vont se disputer la première place dans cette course à la démesure. Toutefois, de petits constructeurs, à l'image d' Henri Lioret, vont perturber la compétition en surprenant le public par leur savoir-faire. Curieusement, Thomas Edison est absent dans le secteur des très grandes machines, il n'y apparaitra qu'en 1913 avec son Kinétophone.

◇  Le cylindre du Multiplex Grand de la Columbia

Conçu par Thomas MacDonnald (brevet n° 711..706 du 11 juin 1898), le Multiplex Grand est un phonographe hors norme construit spécialement pour l'Exposition. Dans sa publicité, la Columbia annonce le plus grand développement de l'art de la reproduction du son.

Le Multiplex Grand utilise des cylindres en cire claire mesurant près de 13 cm de diamètre et 36 de long. Ces dimensions autorisent une durée d'enregistrement de 5 minutes. Il présente à sa surface trois enregistrements séparés, chaque secteur restituant le même son. Dès lors, le phonographe est pourvu de trois pavillons de 1,50 m de long et de trois reproducteurs de type Grand. Ces têtes de lecture distantes de 10 cm lisent simultanément les trois plages.

Un effet "stéréophonique" pouvait résulter de la lecture simultanée des sillons gravés sur les trois secteurs  identiques, toutefois c'est la puissance du son qui était recherchée par la Columbia. Grâce à ses trois pavillons et à ses trois reproducteurs ce phonographe bénéficie d'une exceptionnelle sonorité, comme si trois Graphophones Grand Concert jouaient à l'unisson.

Lorsqu'une plage unique a été gravée sur le cylindre, le Multiplex Grand est capable de jouer l'enregistrement de 10 minutes en utilisant un seul reproducteur et un seul pavillon.

La Columbia a probablement construit quatre exemplaires du Multiplex Grand :

  • l'appareil de l'Exposition de Paris 1900, muni de 3 reproducteurs en aluminium de type Grand
  • un autre exemplaire, acheté par Abdülhamid II, Sultan de l'Empire ottoman
  • le phonographe acquis par le Shah d'Iran Mouzaffer-ed-Din, expédié à Téhéran en 1901 par la Columbia
  • le Multiplex exposé à la St Louis World's Fair en 1904, équipé de 3 reproducteurs de type AW

Il conviendrait de ramener ce nombre à trois s'il s'avère que l'exemplaire expédié au Shah est celui qui figurait à l'Exposition.
Un seul cylindre du Multiplex semble avoir survécu, il figure dans une grande collection américaine.

Une page du site relate  la visite du Sultan de l'Empire ottoman Abdülhamid II et du Shah de Perse Mozzaffer-ed-Dine  à l'Exposition Universelle de 1900.

 





Photographie du Multiplex Grand
(Talking Machines de V.K. Chew, 1967)

En 1904, la Columbia présente
le Multiplex Grand dans son pavillon
de la St Louis World's Fair


L'unique exemplaire
du cylindre du Multiplex Grand
(Collection Charles Hummel)

◇  Le cylindre Céleste de Pathé

Le public parisien découvre le Céleste du 15 au 30 septembre 1899 lorsque des démonstrations sont organisées dans les grands magasins Dufayel. Au programme figurent « des tableaux animés et parlés avec imitation parfaite du bruit du pas des hommes, des chevaux, des attelages, du canon, de la fusillade, etc., etc. ». L'originalité vient de l'accompagnement des projections par une sonorisation musicale grâce au Céleste. C'est à Frédéric Labrely, Ingénieur en chef à Chatou, que l'on doit la conception de cet appareil luxueux dont la construction a été décidée un an plus tôt. Pour la première fois, sans chercher à copier ses concurrents, Pathé a imaginé un phonographe original et luxueux en vue de figurer en bonne place dans le domaine des phonographes de prestige où une rude concurrence s'annonce à l'approche de l'Exposition Universelle. La production du Céleste a été confiée à la Manufacture Française d'Appareils de Précision dans ses ateliers situés 25/27 Boulevard de Belleville à Paris. Son prix de 1000 Francs le situe dans la gamme des phonographes les plus coûteux.

Ce phonographe exceptionnel se caractérise par la grande taille de son mandrin et par la qualité des matériaux utilisés pour sa construction. Il joue bien sur les cylindres de format Concert (Stentor chez Pathé), récemment introduits sur le marché mais aussi un nouveau format de cylindre nommé aussi Céleste, que Pathé sera le seul à utiliser. Ces nouveaux cylindres présentent le même diamètre que les cylindres Stentor, mais leur longueur est deux fois plus importante. Sur le phonographe, une commande par levier (SR/CE) permet de choisir le type de cylindre placé sur le mandrin.
En janvier 1903, un second modèle, moins couteux que le précédent sera commercialisé au prix de 600 Francs.

Les premiers cylindres Céleste, en cire marron, étaient obtenus par report des originaux enregistrés sur des cylindres Stentor à l'aide d'un dispositif basé sur un pantographe. A compter de septembre 1904, Pathé commercialisera des cylindres pour Céleste moulés en cire noire.


Ces cylindres Céleste présentent les caractéristiques physiques suivantes  :

  • diamètre extérieur : 12,5 cm
  • longueur : de 21 à 22 cm
  • densité d'enregistrement : 50 TPI pour les cylindres en cire marron copiés par un dispositif à pantographe, 100 TPI pour les cylindres moulés en cire noire

 




Le premier modèle du Céleste (1899)

Cylindre Céleste en cire marron
obtenu par report pantographique



Cylindre Céleste du
Phono-Cinéma-Théâtre



1 | 2 | 3 | 4


Bookmark and Share
Partagez