Phonorama, le site dédié au phonographe et à ses inventeurs.

Phonorama, le site dédié au phonographe et à ses inventeurs.
Phonographes Edison


 

Malgré sa nouveauté, la poupée parlante commercialisée par l'Edison Toy Manufacturing Company en 1890 ne connut pas un grand succès.
Les cylindres n'étaient pas interchangeables. Douze titres figurant au catalogue, c'est en fait autant de poupées différentes qui étaient proposées à l'acquéreur.

        
 
 

Le stylet en fer du reproducteur accrochait le cylindre et le fragile mécanisme ne résistait pas longtemps aux manipulations brutales des enfants. Durant le premier mois de commercialisation, de nombreux clients insatisfaits ont renvoyé le jouet à l'usine.
Suite à ces désagréments et à des difficultés rencontrés avec ses partenaires commerciaux, Edison abandonna la production de la poupée, 500 furent vendues sans mécanisme et le stock fut enterré dans les sous-sols de l'usine de West Orange.
 

        
 
 

Comme le prototype de sa poupée parlante, le Class M fut présenté par Edison à l'Exposition Universelle de Paris en 1889. Une pile de Grenet fournit l'énergie au lourd moteur électrique.

 
 

Le régulateur de vitesse vertical à deux boules est l'un des éléments caractéristiques du Class M à moteur électrique.

 

Un Class M est logé dans un meuble Hawthorne & Sheble, modèle Non Pareil pourvu de 4 grands tiroirs pour le rangement de 224 cylindres et de 2 autres plus petits pour les accessoires. Le meuble, orné de divers attributs rajoutés après son importation, porte la date de 1897. Il dispose de pieds «griffes de lion» et de têtes de lion sur les tiroirs.
Le pavillon en bois marqueté porte la marque Eureka de la General Phonograph Supply Company.



Le mécanisme du Class M révèle qu'il a été modifié après 1908 pour l'écoute des cylindres Amberol en celluloïd bleu. Il dispose de ce fait d'un système de lecture 2/4 minutes, il est aussi équipé d'un dispositif de répétition des cylindres. Le reproducteur Edison Diamond Type B permet de lire les cylindres Amberol de 4 minutes.
 

 

 

Le Standard est l'un des phonographes produits en grandes séries par les usines Edison à partir de 1897.

 
 
 

Ce Standard modèle A est doté d'un système Polyphone à double reproducteur de type Automatic dont les saphirs sont reliés.

 
 
 


L'Edison Home modèle A a été commercialisé à partir de 1897. Il est communément nommé Red Banner ou Suitcase en raison de son couvercle arborant une  bannière ornée de lettres rouges sur fond doré, et de son système de fermeture rappelant celui d'une mallette.
Il est ici équipé d'un reproducteur Bettini n° 48 et du petit  pavillon n° 14.
 

 
 

Un Edison Spring Motor (1899), équipé d'un reproducteur Bettini et de son pavillon. Sa caisse en acajou, décorée de fleurs et disposant d'un tiroir latéral pour le rangement des accessoires, est caractéristique des appareils vendus par la maison Laurent et Salomon.

 
 
 

L'Edison Concert (anciennement Opéra) joue les cylindres Blue Amberol de 4 minutes (1913).

 
 
 

Grâce à son reproducteur type O, le Standard modèle F (1911), permet l'écoute des cylindres de 2 minutes ou les cylindres Amberol de 4 minutes en cire.

 
 




  A voir aussi :

  une publicité de William W. Jacques de 1893 relative à la licence d'exploitation de ses poupées parlantes en France.  
  L'Edison électrique Classe M, dans le catalogue des machines et moteurs Cadiot en 1898.  
  Une photographie d'une famille réunie pour écouter de la musique sur un  phonographe de Greenhill, dérivé de l'Edison Class M.  
  Une page des Annales de la propriété industrielle, artistique et littéraire (1896). Un article y relate les déboires du sieur Vifquain confronté à la Compagnie française Edison et évoque  la déchéance des brevets Edison prononcée par un jugement du 4 juillet 1895. Il permet notamment de comprendre comment des commerçants ou des constructeurs français - à l'image des frères Werner, de Charles Pathé ou d'Henri Lioret - ont pu commercialiser et construire des phonographes à partir de 1895 sans être inquiétés par Edison.
Le 20 mars 1895, le Tribunal Civil de la Seine avait rendu un jugement favorable à la maison Werner lors du procès en contrefaçon intenté par la Compagnie United  : Prenant en considération le fait que M. Werner vend les phonographes authentiques venant directement de la fabrique de M. Edison et que la Compagnie United, par son inaction, a perdu tous ses droits, le Tribunal a donné raison à M. Werner en condamnant la Compagnie United aux dépens.
Peu après, la maison Werner, devenue Agent principal d'Edison pour l'Europe, rappellera avec insistance dans sa publicité pour le phonographe Edison
qu'elle est la seule maison en Europe ayant le droit incontestable de vendre les véritables phonographes.

 
 
 

Bookmark and Share
Partagez
«Class M»