Phonorama, le site dédié au phonographe et à ses inventeurs.

Phonorama, le site dédié au phonographe et à ses inventeurs.
Le Graphophone de la Columbia



Schémas du Graphophone de Bell & Tainter joints au brevet n° 187.299 en date du 29 novembre 1899. Ce brevet déposé par la société The Volta Graphophone Company traite de la fabrication et de l'emploi des tablettes enduites ou recouvertes de cire à l'usage des phonographes.

 

L'enregistrement sur un Graphophone à entraînement manuel de 1895, conçu pour l'envoi de lettres parlées. On remarque sur la table les cylindres constitués par un tube de carton recouvert de cire, d'une longueur de 6 pouces et d'un diamètre de 1/8 de pouce (Harpers Weekly du 17 juillet 1896).

 

 

L'écoute d'un cylindre enregistré précédemment sur le Graphophone à main, grâce à des tubes acoustiques. Le personnage de gauche est Charles Sumner Tainter, co-inventeur du Graphophone avec Chichester Bell (Harpers Weekly du 17 juillet 1896).

 
 
 

A l'écoute du nouveau Graphophone, ces visiteurs de l'Exposition de 1889 sont captivés par l'invention de d'Alexander Graham Bell et de Charles Sumner Tainter (The Illustrated London News du 18 mai 1889).

 
 

Photographie des Graphophones de Bell & Tainter à l'Exposition Universelle de Paris en 1889. Le phonographe situé à gauche, le Graphophone Type A à pédales, est conservé au Musée des Arts et Métiers de Paris (The Paris Universal Exhibition Album 1889, published under the patronage of the American Commission by W. Stiassny and E. Rasseti).

 
 

Dès sa fabrication en 1887, la Volta Graphophone Company détentrice des brevets, envisage d'utiliser le Graphophone pour envoyer des lettres parlées par voie postale. Une autre utilisation importante est celle de machine de bureau où le Graphophone se substitue à la sténographie pour l'enregistrement du courrier par des secrétaires. Cette brochure américaine vante les qualités du Graphophone à usage commercial : chaque homme est son propre sténographe (1895).

 
 
 

Cette secrétaire dactylographie le courrier enregistré sur un cylindre du Graphophone à moteur électrique (Brochure américaine The Commercial Graphophone de la Columbia Phonograph Co, 1895).

 
 
 

Action de 100 $ émise par l'International Graphophone Company, datée du 17 décembre 1890, ornée d'une gravure représentant le Graphophone type A. Cette compagnie possédait les droits sur les brevets d'Alexander Graham Bell, Chichester Bell, and Charles Sumner Tainter.

 
 

Le Graphophone Bell & Tainter Type A à pédales utilise des cylindres en carton de trois tailles recouverts d'ozokérite (cire fossile ou paraffine naturelle). Le plus grand mesure de 3,2 cm de diamètre et de 15 cm de long, ils ont reproduits à la vitesse de 180 à 190 tours par minute (La Nature du 1er juin 1889).

 
 

Cette carte montre une photographie du pavillon de la Columbia à foire Internationale de Saint Louis en 1904. Elle y expose notamment le mythique Multiplex Graphophone Grand que l'on peut apercevoir dans l'entrée droite. Ce phonographe géant jouait un cylindre de près de 36 cm de long et de 13 cm de diamètre. Grâce à ses trois pavillons et à ses trois reproducteurs lisant les sillons de trois secteurs identiques du cylindre, ce phonographe bénéficiait d'une exceptionnelle puissance sonore.

 
 
 

Sur ce certificat de garantie d'un Graphophone (1911), la Columbia met en évidence deux sujets souvent représentées par la marque : son usine de Bridgeport dans le Connecticut et son emblème, l'Oncle Sam devant son Graphophone.

 
 

 

L'usine de l'American Phonograph Company à Bridgeport dans le Connecticut (Catalogue Columbia Graphophone, 1905).

 
 
 

Ce menu publicitaire de la Bénédictine consacré aux Grands Hommes, suggère à juste titre que Thomas Edison est l'inventeur du phonographe. Seul détail fâcheux, l'artiste a représenté à sa gauche un Graphophone type HG !

 
 
 

Ce représentant français de la Columbia pose fièrement au milieu de ses phonographes en 1905 : un Graphophone à cylindres de type BC (au centre) et deux modèles à disques, type AR (à gauche) et type BI (à droite). On distingue les cylindres dont un Twenty Century de six pouces et plusieurs affiches de la Columbia.

 
 

  A voir aussi :

  le Sultan de Constantinople, le Shah de Perse et le Multiplex Grand de la Columbia à Paris, lors de l'Exposition Universelle de 1900  
  L'Exposition Universelle de Saint Louis de 1904, communément nommée Louisiana Purchase Exposition, affichait l'ambition grandiose de rendre hommage à la prospérité et au progrès technique du 19° siècle. L'occasion était donnée aux grandes firmes mondiales de présenter leurs meilleures productions. La Columbia y exposa naturellement ses phonographes géants, le Multiplex Grand à cylindres et le Quadruple Disc Graphophone. Cet article paru dans la revue britannique The Talking Machine News nous décrit le stand de la Columbia et ces deux exceptionnels phonographes.  
 


Bookmark and Share
Partagez